LE DEUIL

Source de bien des maux… On pourrait aussi dire : le deuil source de bien des mots… Les mots que l’on tait, que l’on se refuse même d’imaginer… Le décès d’une personne que l’on aime, ça fait tellement mal, la séparation douloureuse, que l’on a cette impression que l’on n’arrivera pas a y survivre et pourtant… Nos cultures, nos croyances Européennes nous laissent peu de temps pour vivre le deuil. Tous se passe très vite, l’annonce du décès, la prise en charge du corps, les décisions à prendre, cérémonie, enterrement, oui, non, quant, où, comment, il y a tant à décider, rapidement. Ensuite il y a des papiers de toutes sortes à remplir, à signer. Souvent des affaires à donner, jeter, vider une chambre, un appartement, une maison. Tout cela crée une ambiance, qui rapproche ou divise la famille, selon les décisions prises, le doute s’installe, le manque de confiance en soi qui nous poursuit, parfois la culpabilité. Mais quand avons-nous pris le temps de pleurer, de laisser sortir ces larmes. Quant avons-nous parlé de cette personne disparue ? Plus le temps passe, plus nous pensons que le deuil est fait, que nous avons tourné la page et que c’est trop tard pour en parler. Sans compter tout ce que nous n’avons pas eu l’occasion de se dire … Il n’est jamais trop tard et partager oralement apporte des réponses. Comment vivre le deuil ? En redonnant à la mort sa place, la mettre en mots, provoquer un récit et refuser son silence. Créons ensemble votre horizon positif et retrouvez confiance en vous.